Reportage France 2...



Les Echos en 2007

Les Echos en 2008

Comment terminer en beauté ? Une histoire d’amour très belle et très particulière ! Une actrice à vous couper le souffle, un jeu de mise en scène bien pensé, on a un panaché de talents et d’émotions. C’est peut-être ce que je semble répéter à longueur d’articles mais il n’y a pas de choix : j’ai eu beaucoup de chance cette année dans mes choix et cette dernière pièce était exactement ce qu’il me fallait pour bien terminer ce festival. Un petit bémol serait dans la fin trop abrupte.


  www.lusionnelle.olympe-network.com

 20 novembre … La soirée Fosse chez nous était merveilleuse. Tout le monde – les jeunes résidents et les autres adultes - viennent me dire que c’était une si belle présentation et qu’ils ont passé une belle soirée. Félicitations à toute l’équipe ! ... Mille fois merci à vous tous – tusen takk !  
On m’a aussi dit qu’il faut faire plus de théâtre à la Maison de Norvège. Cela dépend des pièces. Mais Fosse s’y prête bien. 
Tove Bakke, une traductrice du français en norvégien (elle traduit Gavalda) connaît Fosse. Elle était là et m’a dit qu’elle allait lui parler de cette présentation, et c’est très bien.
Les journaux norvégiens parlent ces jours-ci de créer un éventuel « Centre Jon Fosse » en Norvège, beaucoup de gens le réclament. Cela prendra certainement du temps, mais à suivre ! 
J’espère qu’on se reverra bientôt et je vous souhaite entre temps beaucoup de réussite par la suite avec la pièce... Brynhild SIREVÅG - Directrice Maison de Norvège - Cité internationale universitaire de Paris

Les Echos en 2009

HIVER - Beaux mots, beau jeu. Montreuil, Décembre 2007Anne LOSQ

 (…) Jon Fosse, (…) au verbe sensible et elliptique, (…) interprétée par des acteurs qui respirent la justesse.

 La mise en scène, sobre, est au service du texte et des acteurs. (…). Quelle bonne idée d’utiliser une composition musicale (signée par Thierry Bousquet) pour créer une atmosphère plutôt que d’utiliser un décor trop figuratif.

 (…) Le texte aux répliques tronquées et aux hésitations marquées est un réel défi d’acteurs. Les deux interprètes trouvent le rythme de la pièce et font sonner la musicalité de la langue (…) difficultés de la rencontre entre deux êtres, (…) rapports de force, (…) difficulté à communiquer, (…) peur d’être ensemble, mais aussi d’être seul (…) Un moment de théâtre réussi, qui mérite d’être partagé (…) !  

Nicolas Arnstam - Froggy’s Delight 
Le texte (...) dur et obsédant, claque en rafale comme dénué de sens mais, peu à peu, tisse sa toile dans laquelle, nous spectateurs, sommes englués. Et on reste suspendus aux lèvres des deux protagonistes pour savoir...
Sur ce texte difficile, il fallait tout le talent de Laurence Blasco (...) pour installer une ambiance de thriller. Les changements de décor dans le noir, juste éclairés par une lampe-casque, contribuent à la fluidité et ajoutent à la tension palpable. Elle a dirigé au cordeau, et dans un jeu très "cinéma", les deux comédiens qui mettent en place progressivement avec finesse et sobriété toute la complexité de ce quasi huis-clos extrêmement singulier, envoûtant et sensuel.
Les deux jouent chacun leur partition et imposent au final, à deux, leur petite musique. Une musique vénéneuse, glacée et magnétique comme une chanson de Björk.
http://www.froggydelight.com/article-4298-Hiver.htmlImpact_HIVER_files/MES%20HIVER%202.jpgshapeimage_7_link_0
Extraits du  Livre d’Or 
dans le dossier 
du spectaclefile://localhost/dossier%20HIVER%20de%20Jon%20Fosse%20mis%20en%20sce%CC%80ne%20par%20Laurence%20Blasco-1.pdf